•  ...que j'ai pulvérisé mon record de jachère.
    Pardon ? Vous dites? C'est très très classe ?  Oui, je sais.

    Bouh !


    19 commentaires
  •  

    « Si les abeilles venaient à disparaître, l'homme n'aurait plus que quatre années devant lui. Sans abeilles, plus de pollinisation, plus de plantes, plus d'animaux, plus d'hommes ». Albert Einstein (citation attribuée sans certitude) 

    Lisez très attentivement ceci.
    Ok, je rigole, mais pas trop quand même...
    Bip. Bip. Je suis sur répondeur.


    8 commentaires


  •  
      
      

    Reveillée brutalement cette nuit. 2h22. Je suis restée interdite, fascinée par cette suite de 2.Deux-deux-deux. Pourquoi toujours deux ? Et puis ce brusque besoin d'écrire, jusqu'à 5h .Le sommeil m'écrase et m'emporte à nouveau jusqu'à midi.

    Après.

    Je  me suis laissée entraîner par la douce paresse des jours sans impératif. Volent au vent  la famille, le travail, les amis, la politique, le monde,  les maladies. Je songe, allongée sur mon lit, l'édredon sous ma nuque assis,  le volet entrouvert. Filet de lumière. J'observe les bruits de la vie. Je rêve couleurs, musique, poésie. Je m'assoupis. Pas si quiète la vie.

    Etrange chez toi l'autre fois. A califourchon sur mes reins, tu tapotes  mes  fesses comme un enfant son ballon. Tu ris. Je souris. Tu glisses ta main sur ma cuisse, je me crispe. Fronce la jupe. Bronchent les sourcils. Je n'ai plus ce désir de toi. C'était avant. Deux chairs en accord majeur, deux cortex en dissonance. Mélodie improbable. Savoir n'être qu'un corps ? Gommer l'esprit parfois ? Non. Il est temps. Je  rentre chez moi. Je t'ai aimé. Et toi ?

    Toi, amie, tu m'as dit : à refuser les  compromis, tu resteras seule. Faire le choix d'être seule plutôt que de se fourvoyer en couple par dépit, n'est ce pas là déjà un lourd compromis ? Compromis. L'amour en compromis ce n'est rien d'autre que la raison.

    Ok. Pose le stylo. Décroche les douleurs. Accroche tes  couleurs. Vite. Plus de terre ni de toile. Shit. Trop tard. Fouille le support  chez toi.  Pourquoi pas la boite à pizza ? Les pigments  glissent, la bouillie de papier régurgite.  Cette plaque de bois, là.  Noire.  Monochrome parfait. Mais n'y touche pas, ne la dénature pas. Pose-la au sol.

    Tourne autour de toi, écoute les objets, intrigués, dans leurs atomes industrialisés. Invite-les, eux qui  t'observent et  n'attendent que ça. Amuse-toi, déplace-les,  fais-les tourner. Tu vois, c'est facile. Tu es lassée, fini de jouer ?  Replace-les dans le rang avec tous ces  ballons  qui attendent d'être emportés par le compromis.


    16 commentaires
  • Nina La Louve nous a invité à participer à son  Festival anti Spleen sur le thème du Saboteur !
    Pour tordre le coup aux histoires de coeur qui finissent en eau de vaisselle, votre frappée du bocal vous a servi ça :

    Une bonne petite lessive et ça repart !
    Pour les reclamations, c'est comme d'habitude!
    Bouh !


    Extraits Musicaux: " Une autre histoire " de Gerard Blanc et "C'est bon pour le moral " de la compagnie Créole.


    20 commentaires