• Juillet dure un an

     

    A  Nina : toute mon amitié  et ma tendresse pour ton soutien tout au long de ces longs mois de juillet.

     Il y a un an je suis morte moi aussi.
    Tu t'es barrée  en juillet. Quel jour déjà ? J'en sais foutrement rien. Je ne sais plus, tu sais. Je ne sais plus.  J'ai enterré tant de  choses cette foutue année. Je n'arrive toujours pas à effacer ton putain de numéro de portable. Pas tout à fait folle pour le composer, pas tout à fait résignée pour le supprimer. Quel jour tu t'es giclée ? Quel jour déjà ?  Dis-moi.  Combien de cris. Combien de cris. Et cette rage qui me bouffe la tête  encore aujourd'hui, hier, ce soir, demain, combien de temps encore ? Je ne suis plus tout  à fait moi. Emmurée, j'ai muté,  cramé. Je crois que je n'aime plus juillet. Bête enragée, traquée par ton absence, perdue dans les couleurs et la terre.
    Souvent je t'ai cherchée dans les rues de Paris, parmi les autres, une silhouette, une chevelure, un rire, des yeux. Obsession. Tu as fait de moi une morte vivante depuis Juillet.. 

    Macchabées.

    Mois d'insomnies,  premières rides de vie, les rouges que je fume à en saigner, les questions qui tournent sans cesse. Armée d'aiguilles.
    Dans la terre je creuse  ton visage, mon visage  Fixer les traits.

    Je t'ai écrit une lettre cet hiver. Tu ne m'as pas répondu :

     « A donf ! » je te disais. « Il faut vivre à donf ! ». « Rien à foutre du qu'en dira t-on, agrippe tes rêves, vis ta folie ! »
    La vie est partie, chassée par ta folie.

     Pour d'obscures raisons, tu te perdais en éloges  sur ma boulimie de vie et la régularité de mes traits. Moi, ton Idole. Tu voulais briller. Tu me voulais  spectatrice  unique de ta réussite : séance privée, invitation VIP, loge d'honneur de ton succès. Tes papiers t'avaient rendue célèbre, les charognards en mal d'identité s'arrachaient tes  livres par milliers. Tu le jurais.
    Enfin je pourrai à mon tour t'admirer...Tu l'espérais.
    Sombres connes.

    Tes mots.
    Tes maux que  je n'ai pas su déchiffrer, écriture champollionesque asphyxiée par  tes délires synesthésiques et schizophréniques. Tes papiers virevoltaient telles  des guêpes sans ailes  pour s'échouer dans les méandres de tes phantasmes.

     Glacée, je te disais : « Sandrine, tout ça n'est pas réel. C'est dans ta tête ».
    Pauvre folle.
    Cannibale de ta propre vie.

     Soudain  tu me  haïssais, tu crachais que j'avais changé, que mon  cœur était creux  et sec. Que j'étais vulgaire  et dégénérée, moi, ton  icône déchue, avilie par le lit des hommes. Me désirais-tu ?

     Alors, à  tous, j'ai hurlé : « Elle  est  folle ! S'il vous plait ! Elle est en danger ! Sauvez-la ! » . Ma voix a détruit  ce jour ton paradis rêvé et laissé échapper aux yeux de tous  les blattes  infectes   de ton cerveau malade. J'ai jeté ton masque aux fauves sanguinaires de réalité.
     Tous m'ont condamnée : « Chut ! Tu mens ! ». Forcément.
    Dans l'arène ils m'ont  jetée. J'avais sali  leur  Reine.
    Dans la fosse je t'ai précipitée. Traîtresse que je suis.  Mauvais public de  ton roman.

     Le pus de mes remords suinte dans cette gorge qui t'a tuée. Car  la machine infâme avait pris place et s'emballait perfidement, écrasant un à un les dominos  de ton esprit et de tes vies.
     Quand le bois qui te portait s'est enfoncé dans la terre, aucun ne m'a fixée. Mes yeux criaient sourdement : « Assassins ! ». Vain oxymore, puisque nous tous, juges et coupables.

     Verrou sur ma douleur.       
                                                                                          
    Sur ce lit, à l'aube,  tu crèves, diaphane, les cheveux collés de ta sueur aigre. La chimie et l'alcool serpentent doucereusement  dans ton sang tiède. Quelques veines tressautent. 
    Après, ton corps est froid. Les chairs pourries,  bouffées  par les grouillants, transpercées par les racines. Triste  rutabaga desséché.

     N'aie pas peur. J'ai cuisiné une tarte à l'ail pour repousser les vampires, les zombies et les fauves. Ne tremble pas.  Je pose  une bouillotte sur ta poitrine, là, tout près de ton cœur. Tu veux écrire ? Donne-moi ta main que je la réchauffe. Tu  ne parviens pas à achever ton texte ? Signe-le simplement, morte vivante, et souffle-moi un peu de ton encre pour tacher le blanc du papier.
     Je leur dirai à tous que tu avais du talent  et que tes maux me font toujours pleurer. »

     

     

    Aujourd'hui je reviens à moi. Ma Morte, je t'enterre  pour de bon.

    Août. Bientôt,


  • Commentaires

    1
    Mercredi 18 Juillet 2007 à 06:03
    Bords d'Elle
    GrrrR! Bordel... c'est ça que tu appelles avoir "les mains mute" Magwann !!!? OuF. (pause... pause) Tant mieux que je n'aies pas terminé satisfaite la suprise d'après "Mots Meurtriers".. Ici, peaufinage extrêmNEment. Bon sang que j'aime la vie !! Oui, la mort cogne, surtout celle-là. Sculpture absolument Bang! Milles et 1 Ouactch Ouaô !Camille Claudel va t'embrasser dans le cou. C'est fort ! Bords d'Elle, nous v'là pleines & fauves.
    2
    Mercredi 18 Juillet 2007 à 13:45
    Bing...
    ... Crash en pleines tripes ! Les viscères encore en plein looping, je salue humblement ta prose, Dame Magwann.
    3
    Mercredi 18 Juillet 2007 à 17:23
    souffrance
    Voilà ce que signifie souffrir. Tout. les mots. les mains. bravo de pouvoir le dire !
    4
    Mercredi 18 Juillet 2007 à 23:34
    Ouais
    Enterre tout ça dans ta terre glaise et laisse-la crier à ta place. Qu'elle soulage ton coeur en séchant au soleil de la vie. La statue du commandeur pour ta liberté.
    5
    Mercredi 18 Juillet 2007 à 23:44
    ...renaissance
    Tes maux enterrés dans cet argile, sont beaux aujourd'hui, parce qu'une renaissance s'enracine et germe en toi, brute, neuve, criante... belle délivrante renaissance !! Crois bien qu'août t'attends avec impatience...
    6
    Jeudi 19 Juillet 2007 à 06:17
    Ouille!
    Plus fort, tu ne peux pas...
    7
    Jeudi 19 Juillet 2007 à 10:03
    putain!
    Une vraie clape. putain
    8
    Jeudi 19 Juillet 2007 à 10:03
    putain!
    claque évidemment, voilà tu vois claque
    9
    Vendredi 20 Juillet 2007 à 01:02
    ...
    Souffrance. C'est le seul mot qui m'est venu à l'esprit (pour la sculpture).
    10
    Vendredi 20 Juillet 2007 à 08:23
    sans pirouette
    Simplement hallucinante cette sculpture (mais y'a du photomontage, non ?)
    11
    Dimanche 22 Juillet 2007 à 18:48
    le pouvoir
    Ne donne jamais à un autre ton pouvoir. C'est la cause de toute souffrance. Par contre, c'est bien pour ton art...
    12
    Lundi 23 Juillet 2007 à 13:13
    Souffrance
    Pas de mots. Tu me scotches. Puissant. profond. Enorme.
    13
    Lundi 23 Juillet 2007 à 13:13
    Souffrance
    Pas de mots. Tu me scotches. Puissant. profond. Enorme.
    14
    Jeudi 26 Juillet 2007 à 23:01
    -
    Je pense à un livre "Meuse l'oubli" de P. Claudel. A lire, vraiment.
    15
    Lundi 30 Juillet 2007 à 12:06
    y'a plus de bière dans la glacière
    Et le prochain billet, c'est pour dans un an ?
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    16
    Dimanche 5 Août 2007 à 18:58
    Juste comme ca
    Je ne parviens jamais a telaisser de message. mais je suis là. Sache le. Tu me touches a chaque fois. biz
    17
    Dimanche 5 Août 2007 à 18:58
    Juste comme ca
    Je ne parviens jamais a telaisser de message. mais je suis là. Sache le. Tu me touches a chaque fois. biz
    18
    Dimanche 5 Août 2007 à 18:58
    Juste comme ca
    Je ne parviens jamais a telaisser de message. mais je suis là. Sache le. Tu me touches a chaque fois. biz
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :