• Je reste toujours autant fascinée par la natation synchronisée : un sport extrêmement rigoureux qui exige endurance, souplesse et élégance.
    Pour avoir pratiqué ce sport durant 8 ans, je sais le travail que la démonstration suivante requiert:



    Mondiaux de Montréal 2005-Equipe du Japon- Ballet Libre en équipe

    A l'époque, c'était  deux entrainements par semaine : musculation, assouplissements, apnée, échauffement –papillon -dos- brasse -crawl-entrainement. Le plus hard : le rétropédalage! Cela consiste à enchainer les longueurs de bassin en faisant des « tourniquets » avec les jambes, sans l'aide des bras, buste hors de l'eau.

    Depuis, le Nutella et le tabac sont passés par là... Mon médecin est formel, malgré le paquet et demi de clopes que j'inhale quotidiennement, mes poumons sont en bon état, en grande partie grace à mes années de synchro...

    Bien contente que les hommes pratiquent à nouveau ce sport d'exception.
    A nouveau ? Et bien oui car la natation synchronisée est à l'origine  un sport d'hommes : en effet , des fresques de Pompéi attesteraient de cette pratique masculine comme divertissement, ainsi que dans la Grèce antique. C'est dans l'Angleterre du XIXème siècle que les hommes s'adonnent à ce sport, appelé à l'époque « natation ornementale scientifique », sans fond musical, avec en1892 la première compétition du genre.

    C'est dans les années quarante que la star de cinéma américaine Esther Williams popularise  la natation synchronisée avec une représentation au  Wold's Fair de San Francisco, enchainant plusieurs ballets nautiques et comédies musicales , dont  le mémorable « Bal des Sirènes ».  
     
    Esther Williams

    Sport olympique depuis 1984, la natation synchronisée prend ses lettres de noblesse, même si pour certains la synchro  demeure encore un sport kitch et mièvre...


    2 commentaires
  •  




    Petite fille de feu, aujourd'hui j'ai pensé à toi.

    Brindille incandescente qui brûle dans ma mémoire.
    Visage du Burkina. Ouagadougou, l'ocre de tes pistes, ton  Fanta chaud, ton beurre de karité, ton tamarin, ton Fespaco, tes bus bondés,  tes doigts  agiles dans mes cheveux de blanche tressés.
    Et ton lépreux albinos qui m'a tendu la main. Sais-tu lépreux que tu as tué mon Dieu ? J'avais 17 ans. Rétine tatouée à jamais.

    Petite fille de feu, aujourd'hui j'ai rêvé de toi.

    Jolie calebasse qui résonne dans mon cœur. C'était un grand jour pour toi. C'était un grand jour pour  moi. Tu accueillais les blancs chargés de crayons, de cahiers, de cachets  et de petites pierres pour ton école. Et un peigne qui ne te rendra jamais plus belle que tu n'es. 

    Petite fille de feu, aujourd'hui j'ai souri de  toi.

    Le crin  de mes cheveux te faisait rire -bête étrange- tu m'observais.
    Tes amis  venaient m'effleurer, amusés, inquiets.
    Petite comète, fière que tu es, drapée dans ta poussière d'étoiles, je ne te reverrai jamais.

     
    Chut, petit coquillage, ne dis pas au sorcier que je t'ai emporté avec moi.

    http://www.fespaco.bf/
    titre: Angelique Kidjo-Tumba-


    5 commentaires
  • En mai 1969 Cezard publie dans le numéro 13 de Pif Gadget  un nouvel épisode d'Arthur le fantôme justicier  intitulé " Un monde joyeux  ", où apparaissent pour la première fois  les Tristus et les Rigolus, habitants d'une lointaine planète située dans la galaxie «  Lépiédecheze ».
    C'est lors d'un voyage intergalactique dans son vaisseau spatial qu'Arthur le Fantôme découvre  les  «  joyeux-bougons  » lurons.
     De 1969 à 1973, nous allons suivre les aventures de ces improbables personnages dans leur univers manichéen, ni blanc  ni noir mais orange  et vert !
    Les Rigolus ( orange)  et les Tristus ( vert)  sont deux peuples en perpétuel conflit  qui ont troqué les armes contre des  blagues, facéties et calembours en tous genres, chaque camp essayant  de rallier les adversaires au sien. Borderlines, les personnages  adoptent la couleur de leur humeur.Et  c'est avec délectation que nous observons un Tristus éclater d'un énorme fou rire, rougissant  alors comme une tomate bien mûre tandis qu'un Rigolus plonge soudainement  dans les affres du spleen hargneux !
     On gommera  la couleur coco en filigrane et  on retiendra qu'en chacun de nous bataillent un Tristus et un Rigolus !

     Bouh !
    Magwann 

    votre commentaire
  • Souvenirs, souvenirs...Parce qu'on ne s'en lasse pas et parce que Dieu vous aime tous!
    Sauf toi là-bas.


     

     





    Toi non plus.

    Et toi encore moins.

    ALleLUiA !!!
    Magwann


    4 commentaires
  • Voici  un chou-patte, petite merveille de l'artiste Claude Lalanne.
    Le chou-patte : un choux sur des pattes de poulet !

    L'histoire raconte que Serge Gainsbourg aurait  acheté en 1976 une sculpture de Claude Lalanne intitulée " L ' Homme à la tête de choux " représentant comme son nom l'indique  un homme avec une tête de choux.De cet être hybride Gainsbourg trouvera l'inspiration pour l'album du même nom.




    " Je suis l 'homme à la tête de choux
    moitié légume moitié mec ".

    Deux liens sur le sujet :
    Tito Dupret présente une étude fascinante de Gainsbourg, à lire absolument !
    http://66.249.93.104/search?q=cache:pPfGD2GyNzEJ:www.a2l.be/_nav/downloads/_GAINSBOURG.pdf+tito+dupret+chou&hl=fr&gl=fr&ct=clnk&cd=1
    Jan Kruml donne vie à l'homme à la tête de choux :
    http://www.sensual-images.com/gainsbourg.html



    Cours, cours, petit chou-patte, tu ne sais pas qui te mangera !
    Magwann


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique